utilisation des boues de forage à l'huile, attention !

Publié le par permisrhonemaritime

Nous apprenons par une dépêche AFP et un article dans Libération (entre autres) 

http://www.liberation.fr/terre/2012/06/03/point-noir-au-large-de-la-guyane_823330

que les grandes associations environnementales montent enfin "au créneau" contre le permis de Guyane.

Ils font par exemple comme moi le parallèle avec l'annulation du permis "Rhone Maritime" dont les arguments devraient s'appliquer également au permis Guyane Maritime.

Mais j'y apprends surtout que   Shell envisage d'utiliser la technique dite des "boues à l'huile" pour faciliter les forages .

Kezako ?
Tout forage necessite des fluides pour la lubrification des trépans et pour aider à la remontée des résidus de forage.

Ces fluides peuvent être de toute sorte, même de l'eau dans les forages simples... mais plus les forages sont profonds (et donc chauds) et compliqués ,  plus les additifs utilisés deviennent complexes; A base d'huiles ou de produits pétroliers ils peuvent recevoir des additifs  nocifs pour l'environnement en grande quantité.

Vous trouverez dans cet article une description technique très poussé de l'usage des boues de forages, mais un petit paragraphe  a attiré mon attention, concernant leurs utilisation dans les forages offshore et les études faites en Mer du Nord sur leurs conséquences environnementales :

 

Les forages offshore se comptent aujourd'hui par milliers. Pour des raisons techniques et de coûts ils utilisent généralement des huiles synthétiques comme fluide de forage, et de nombreux additifs chimiques. Parfois éloignés des côtes, il leur est alors difficile d'y envoyer leurs déchets. Certains sont autorisés à rejeter en mer certains déchets, mais à condition de ne pas dépasser certains seuils de toxicité. Les rejets accidentels sont néanmoins fréquents.
Des études récentes ont en mer du nord porté sur les les effets environnementaux des « boues de forage à base d'huile » en s'appuyant sur les données environnementales disponibles24 25 à partir de la surveillance effectuées autour de plates-formes en mer du Nord. Les chercheurs ont constaté que malgré un effet de dispersion très important dû au milieu marin, une nette contamination des sédiments par les boues sous certaines plates-formes et à proximité (ex : taux d'hydrocarbures jusqu'à 1000 fois plus élevé dans un rayon de 250 m autour des plates-formes qu'en arrière-plan). Cependant, le « gradient » de pollution décroit rapidement pour atteindre le « niveau de pollution de fond » (teneur moyenne régionale) à 2000-3000 m du pied de la plate-forme. Les impacts effets biologiques semblent plus importants pour les boues à base d'huile que pour les boues à base d'eau. les effets délétères les plus marqués sont généralement détectés dans un rayon de 400 m autour de la plate-forme ; les communautés d'organismes marins redevenant normales (dans leur composition) dans le rayon de 400 m à 1 km. Les impacts vont de l'asphyxie par anoxie sous la boue sédimentée à des effets d'eutrophisation ou d'écotoxicité chimique.
La forme et l'étendue de la zone manifestement polluée varient ; Elles sont largement déterminées par les courant et l'ampleur des opérations de forage. Des taux élevés d'hydrocarbures sont détectées au-delà des zones d'effets biologiques observables26 ;

 

Le rejets des boues a un cadre législatif très complexe (trop pour moi ;-) ) , mais si je veux rester simple et un peu polémique : normalement toute boue de forage est en déchet qui doit être traité par celui qui la produit. Contenant des produits nocifs pour l'environnement il ne peut-être question de les rejeter dans le milieu naturel .  Et la Mer est un milieu naturel, même si sa capacité de dilution peut paraître grande  à certains.

 

http://portail.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/dri/RMGC00-027.pdf 

et    http://www.ordimip.com/1-27671-Dechets.php?id=92

Publié dans permis Guyane Maritime

Commenter cet article